Qui suis-je ?

La fée de la créativité se serait-elle penchée sur mon berceau ? Je n’en suis pas sûre car j’ai plutôt été frappée par la malchance ce jour-là : je suis née avec une malformation suite à un accouchement par siège qui a mal tourné. J’étais une petite fille pas comme les autres, différente. J’ai passé plus de temps dans les hôpitaux qu’à l’école et j’ai frôlé la mort de très près mais elle n’a pas voulu de moi, je l’ai combattue de toutes mes petites forces. A l’âge de 6 ans, un éminent chirurgien m’a offert une vie normale, une opération à haut risque qui a été couronnée de succès.

J’ai retrouvé plus de goût à la vie. Et à l’ère des contes de fées qui font rêver, je me suis souvent dit… Ah et si je pouvais avoir de beaux habits. Déjà à l’époque j’aimais les fringues, il est vrai que je recevais rarement de nouveaux vêtements

 

J’aimais déjà la couleur ! Oui, parce que j’ai trop porté de noir ! Ma vie d’adolescente a été marquée par la mort de ma mère lorsque j’avais 16 ans. En signe de deuil, on m’a obligée à porter du noir ou des couleurs foncées. Qu’est-ce que j’étais mal dans mes habits ! S’en est suivie une période chaotique où j’ai connu un épisode de boulimie : manger me rassurait. Je me suis arrondie enchaînant les régimes yo yo.

Mes problèmes ont pris fin lorsque j’ai rencontré l’amour et la vie m’a fait un beau cadeau le jour de mes 24 ans : la naissance de mon fils.

L’enfant maladive et chétive, l’adolescente tourmenté, la jeune adulte timide et réservée ont laissé place à la femme mûre, épanouie, bien dans ses baskets et ses escarpins, amoureuse de belles fringues et qui a le désir de rester unique et authentique

Et la couture dans tout cela ? J’ai suivi mon premier cours à l’âge de 13 ans. J’en garde un souvenir émerveillé. Il m’a permis de combler mes envies de belles fringues. Ensuite, je n’ai jamais arrêté de coudre. Au fil des années, des décennies je me suis perfectionnée soit par des cours ou par des d’expérimentations tous azimuts. J’aime faire preuve de curiosité pour partir à l’aventure de nouvelles techniques. Récemment, je me suis aussi lancée dans le patchwork, ce qui a donné des ailes à ma créativité et de l’audace à mélanger les couleurs.

En 2014 après un licenciement économique, j’ai eu la grande chance d’être acceptée à l’école « Formation de Mode » dirigée par Térésa Gilewska : 18 mois pendant lesquels j’ai abordé toutes les facettes du modélisme (création de patrons sur mesure) et appris de nouvelles techniques de couture ainsi que des finitions haute couture.

Dans mon univers peuplé de couleurs, le T-shirt est roi. Au-delà du plaisir, coudre et créer des vêtements me procurent une foule d’émotions. Je souhaite partager et transmettre ma passion afin que toutes les femmes puissent se mettre en valeur, accepter leur corps et se sentir pleinement épanouies.

Mon slogan c’est : l’art de sublimer sa vie avec style parce que le vêtement c’est tout sauf anodin, futile et superficiel. Je suis persuadée que l’habit fait le moine

Le rêve vient auquel je n’ai pas arrêté de croire vient de devenir réalité : faire de ma passion mon métier et créer mon entreprise.